Vous êtes-vous déjà demandé comment fonctionne un système de récupération des eaux grises? Ce système ingénieux et très efficace améliore le quotidien de manière considérable.

Que sont les eaux grises?

Nos différentes activités dans la maisonnée nous poussent à utiliser l’eau. Les « eaux grises » aussi appelées « eaux usées » correspondent à toutes les eaux domestiques souillées, à l’exception de la chasse d’eau des toilettes. On peut donc considérer que les eaux drainées par un lavabo, une douche ou une machine à laver sont des eaux grises. Le terme n’inclut pas les liquides souillés par des matières grasses ce qui fait que l’eau qui s’écoule de l’évier ou qui provient d’un lave-vaisselle ne sera pas traitée comme étant de l’eau grise.

Au Québec, un citadin consomme en moyenne 150 L d’eau par jour soit environ 600 L par famille de 4 personnes. Toutes ces eaux sont envoyées au réseau d’égouts des villes du Québec avant d’être traitées.

La répartition des eaux grises

La consommation de l’eau dans une résidence typique se répartit comme suit :

  • 5 % pour le nettoyage ;
  • 10 % pour l’utilisation de l’eau dans la cuisine ;
  • 20 % pour le lavage ;
  • 30 % pour la toilette ;
  • 35 % pour le bain et la douche.

Comment s’organise la collecte ?

Pour être collectée, l’eau grise doit pouvoir être évacuée par le biais d’une tuyauterie séparée. Il est donc nécessaire d’installer une double canalisation dans le bâtiment pour pouvoir récolter les eaux souillées. Celles-ci sont ensuite filtrées  afin d’enlever les plus grosses particules et avant d’être remisées puis réutilisées.

Comment sont-elles réutilisées ?

La récupération des eaux grises permet généralement de recycler l’eau de manière à pouvoir alimenter les toilettes et éventuellement un système d’arrosage. Cette méthode très efficace est idéale pour limiter la consommation d’eau par ménage. Les pays occidentaux utilisent pour la plupart de l’eau potable pour la chasse d’eau de leurs toilettes et pour arroser les plantes, pourtant, il n’est pas nécessaire de faire appel à des eaux si pures pour ce genre d’action. La récupération des eaux grises consiste en un geste économique et écologique : les bâtiments qui sont équipés d’un tel système voient leur consommation d’eau diminuer. L’impact écologique est important tandis que l’économie financière est bien réelle.

Qu’y a-t-il dans l’eau grise ?

On considère que les eaux grises sont plutôt inoffensives car elles contiennent en principe peu de matières fécales. Cependant, les autorités publiques les considèrent comme un danger potentiel. En effet, l’eau grise peut contenir toutes sortes de saletés rejetées par l’humain lorsqu’il prend un bain ou une douche. Poussière, boue, fibres de vêtements, miettes, cheveux et produits nettoyants se mêlent et constituent une soupe insalubre qu’il faut traiter.

 

À l’heure du réchauffement climatique, le recyclage des eaux usées représente un enjeu majeur et il est possible de récupérer 70 % de notre consommation d’eau (ce chiffre correspond aux eaux grises, les 30 % restants sont les eaux noires, c’est-à-dire les eaux contenant de l’urine et des matières fécales).

Pour réduire votre consommation d’eau potable, vous pouvez également opter pour des robinets à réduction de débit, des toilettes économes utilisant 3 à 6 litres d’eau au lieu de 15 à 20 litres mais également des appareils électroménagers moins gourmands (nouvelles lessiveuses et lave-vaisselles écologiques).

Habiter dans une résidence qui a fait le choix de la récupération d’eaux grises est également un geste écologique et citoyen. De plus en plus de construction font aujourd’hui ce choix au Québec.